Copyright B 612 Studio Photo
logo

Photographes professionnels : comment surmonter la crise ?

Mtp Photographe à Montpellier Studio Photo B612

Je n’entends en ce moment que plainte et gémissements de mes amis photographes : “c’est la crise !”, “les gens n’ont plus d’argent”, “les affaires n’ont jamais été aussi mauvaises”. Voici une petite chronique pour vous expliquer comment y remédier. Et sauver sa peau.

Pourtant, à regarder les derniers chiffres qu’ont bien voulu me communiquer les chambres de commerce et de l’artisanat, les chiffres des entreprises de photo sont grosso modo les mêmes pour le premier trimestre de cette année, qu’au cours des mêmes mois de l’année écoulée.

Néanmoins, et c’est là l’important : les entreprises de photo dont les chiffres d’affaire sont inférieurs à 32.900 euros (les auto-entrepreneurs donc, principalement) ont accusé un recul d’environ 25% sur janvier et février par rapport à 2015. Et ce n’est pas l’été qui va inverser la tendance. Tandis que je constate de mon côté que les dépenses pour des reportages photographiques rémunérés au-dessus de 2.500 euros HT la journée sont en augmentation de 30% (dans la mode et la communication notamment).

Une tendance dure

Cette tendance, qui dure depuis 2008, s’accentue. Les particuliers aisés, les entreprises de plus de 51 employés, dépensent plus d’argent aujourd’hui pour de la photographie que ce n’était le cas voilà seulement un an. Dans une proportion, si la tendance se confirme cette année, de 8 à 10 %. Evidemment c’est un public exigeant, qui réclame des qualités photographiques et créatives de bon niveau.

La solution s’impose d’elle-même : abandonner les portraits à 80 euros, les reportages de mariage à 500, et les catalogues à 1500. D’abord parce que c’est contreproductif de “casser” les prix. Ensuite parce que la classe populaire et les petites entreprises sont lessivées par les impôts et l’enchérissement de la vie : ils ne passent par un professionnel que lorsqu’ils n’ont pas le choix. Et encore. Toujours en tirant les prix vers des profondeurs où nous, qui vivons de ce travail, ne pouvons plus les suivre.

On pourrait sombrer dans un pessimisme pathétique si la solution n’était pas évidente. C’est par la formation, le travail sur son image et la pédagogie que nous pourrons sortir de l’ornière.

Je passe un temps croissant à enseigner la photo et à “coacher” des confrères. Pour la plupart d’entre eux, le passage au studio a été profitable, en leur permettant d’accéder à une clientèle qu’ils ne pouvaient pas approcher auparavant. Les entreprises du textile, de la mode, les marques installées, les grosses enseignes et les particuliers aisés.

Pourtant l’argent est là !

Il y a, dans ce secteur, beaucoup d’argent. Souvent des entreprises intéressées par la défiscalisation des œuvres d’art ou par l’image que notre travail véhicule. Voire des particuliers désireux de s’offrir un “statut de notabilité” avec des clichés signés par certains d’entre nous.

Avez-vous remarqué que d’autres photographes, dont vous estimez que le travail vaut moins que le vôtre, réussissent mieux que vous ? J’imagine que vous vous êtes souvent demandé comment. Appartiennent-ils à des sociétés secrètes ? Ont-ils la carte du bon parti politique ? Graissent-ils la patte des donneurs d’ordre ?

Bien sûr il y a un peu de cela. Surtout lorsqu’il s’agit des commandes publiques et de certaines mairies 🙂 Mais l’essentiel réside ailleurs : et c’est dans l’image qu’ils véhiculent.

Il faut savoir que bien des clients sont incapables de faire la différence entre un bon et un mauvais cliché. A l’instar du vin, où les gens vont choisir en fonction de l’étiquette et du prix. Si le vin est cher il est forcément bon 🙂 C’est pareil en photo. Si vous avez l’image d’un très bon photographe, que vous avez réussi à créer autour de vous une notoriété positive, la clientèle défilera chez vous sans que vous soyez obligé de vous battre, nuit et jour, pour survivre.

C’est bien gentil mais comment on fait ?

Entre les photographes qui sortent juste d’une école de photo, et que je forme pour qu’ils puissent raisonnablement espérer se lancer dans le monde du travail sans trop de casse, les professionnels qui viennent au studio pour perfectionner leur maîtrise de la lumière et les amateurs en reconversion professionnelle vers la photo, la question m’est posée 10 fois par jour.

C’est pour répondre à ce besoin que j’organise par exemple des stages à l’étranger avec des mannequins internationaux. La clientèle change radicalement devant ce type de photographies. Et lorsqu’elle prend conscience du fait que vous y êtes allé avec une batterie de flashes, des assistants, des coiffeurs et des maquilleurs. Votre image – votre notoriété -, et par conséquent votre clientèle-cible évolue alors dans de manière favorable.

Bien sûr, pour cela vous n’avez pas besoin de moi. Mais imaginez à combien cela va vous revenir si vous payez seul le salaire d’une grande modèle, un coiffeur, une maquilleuse, que vous organisez seul le transport de votre matériel, de vos flashes, du stylisme et des accessoires. Je ne compte même pas le prix de l’hébergement des résidences de luxe que je propose dans mes stages à l’international.

Réfléchissez-y. Vous voulez à la fois progresser dans votre maîtrise de la lumière et vous prévaloir de clichés réalisés dans des conditions paradisiaques. Faire rêver vos clients en somme. Servez-vous de ce que je vous propose. Et considérez cela comme un investissement : https://b612-shop.fr/catalogue.html#!/stage-et-formation

Comme d’habitude, j’attends vos commentaires, ou votre témoignage, avec impatience.

Nath-Sakura

SE PROCURER LE MANUEL PHOTO ET D’ECLAIRAGE DE NATH-SAKURA Nath-Sakura a rassemblé toutes ses connaissances et ses méthodes de photographie dans ce gros manuel de 396 pages. Imprimé en quadrichromie et en format 21×21 cm, ce manuel répond à toutes vos questions en matière de photo et de maîtrise de la lumière. Qu’il s’agisse de lumière naturelle ou artificielle. Il parle aborde aussi en profondeur la question de la direction artistique, de la direction du modèle et de matériel d’éclairage. Plutôt qu’un énième livre de “recettes photographiques” comme on en trouve à foison, ce livre vous enseignera, avec intelligence et simplicité, à maîtriser la lumière. Ce qui vous permettra d’en comprendre les phénomènes et à mieux réussir l’ensemble de la chaîne graphique de la réalisation d’image de haut niveau. Vous pouvez consulter le sommaire complet et commander le livre en cliquant ici

  • Partager